Awakening Africa Magazine

InterviewsPolitic

De L’Ambition vers le Sens : Richard MUYEJ MANGEZE MANS

9 Mins read
Par Joel R. Kanyonyo

Un modèle de Leadership éclairé et de Bonne Gouvernance

En République Démocratique du Congo, la constitution telle que promulguée le 18 février 2006 et modifiée par la loi N°11 /002 du 20 janvier 2011, portant révision de certains articles de la constitution de la RDC ; en son article 2 dispose que la République Démocratique du Congo est composée de la ville de Kinshasa et de 25 provinces dotées de la personnalité juridique.

L’article 3, alinéa 3 de ladite constitution stipule que ces provinces ainsi que les entités territoriales décentralisées dont les villes, les communes, les secteurs et les chefferies, jouissent de la libre administration et de l’autonomie de gestion de leurs ressources économiques, humaines, financières et techniques.

Ce n’est qu’en septembre 2015 que ces dispositions constitutionnelles sont mises en application. Le pays qui, jusqu’en ces moments-là ne comptait que la ville de Kinshasa et 10 autres grandes provinces, va désormais être démembré. Des cendres de ces 10 anciennes naîtront 25 nouvelles provinces. L’une d’elle : Le Lualaba.

La Province du Lualaba

  • Situation géographique

Issue du démembrement de l’ancienne grande province du Katanga, la province du Lualaba est située au Sud-Est de la République Démocratique du Congo entre 10 °43′ Sud et 25 ° 38′ Est. Fuseau horaire : UTC + 2 :00.

D’une superficie de 121 308 Km², elle est habitée à ce jour par près de 3 millions d’hommes et de femmes de divers horizons.

Elle est limitée au Nord par la province du Kasaï central (Lulua), au Nord-Est par la province de Lomami, à l’Est par la province du Haut-Lomami, au Sud-Est par la province du Haut-Katanga, au Sud par la République de Zambie, au Sud-Ouest et à l’Ouest par l’Angola.

Le climat tropical sec domine la région.

  • Ressources naturelles

1. Sous-sol

Située dans l’arc cuprifère Katangais, formé de plus d’une centaine d’affleurements cupro-cobaltifères qui part du Haut-Katanga, la Province du Lualaba possède un sous-sol très riche. On y trouve principalement le cuivre, le cobalt, l’or, le Manganèse, le calcaire, le quartzite, la dolomite, le sable et le granite.

2. Sol et Hydrographie

Le Lualaba possède un sol riche pour le développement d’une agriculture industrielle à grande échelle et d’une activité d’élevage diversifiée. Sa faune et sa flore offre un paysage favorisant le développement d’une industrie touristique Prospère. Le parc Upemba, la réserve de Manika sont parmi les espaces touristiques de la région.

Le fleuve Lualaba, plus grande source fluviale en amont du fleuve Congo, traverse la Province sur environ 1 800 Kilomètres de long. La rivière Lubudi, un des affluents importants du fleuve Lualaba, constitue ensemble avec beaucoup d’autres cours et chutes d’eau le riche réseau hydrographique de cette province. Ce réseau Hydrographique facilite le déploiement de grands barrages hydroélectriques dont le plus important à ce jour en construction, est celui de Busanga. Parmi les fabuleuses chutes d’eau du Lualaba, nous pouvons citer : les chutes de Kayo, de Dikolongo et de Dipera. Toutes ces chutes sont essentiellement localisées dans le territoire de Lubudi.

  • Organisation administrative

La Province du Lualaba est subdivisée en 5 territoires que sont: Lubudi, Mutshatsha, Dilolo, Sandoa et Kapanga.

Elle possède 2 villes dont Kolwezi- Le chef-lieu et la principale ville de la Province- ainsi que la ville de Kasaji dans le territoire de Dilolo.

Le Lualaba est relié aux villes de Lubumbashi et de Likasi dans le Haut-Katanga par les routes nationales N°1 et N°39, ainsi que les lignes de chemin de fer de Lubumbashi-Tenke-Kolwezi-Dilolo et celle de Lubumbashi-Tenke-Ilebo.

  • Composition sociologique

Les principales populations de la région se retrouvent dans les grands groupes suivant : Les Tshokwés, Les Ruunds, Les Sangas, Les Minungu, Les Dembo, Les Luvales, Les Luenas, Les Yekes et Les Lubas.

  • Activités Économiques

L’exploitation minière constitue la principale activité économique de la Province. L’exploitation minière industrielle est exercée principalement par les grandes firmes de rang mondial dont Glencore, China Molybdenum co. Ltd, Freeport McMoran Inc., Lundin Mining corporation, Eurasian Natural Resources corporation PLC, Shafford capital, Samref overseas, Fleurette Mumi Holding, China Railway group Ltd, Sinohydro, Jin Cheng Mining Limited, Ivanhoe mines, et bien d’autres. À côté de ces firmes, pour la plupart étrangères, exerce la Générale des carrières et des mines- Gécamines- principale société nationale des mines.

Les exploitants miniers artisanaux issus principalement des nationaux conformément au code minier du pays, se regroupent en sociétés coopératives minières artisanales et cohabitent avec les géants du secteur.

Les autorités locales, s’appuyant sur la prospérité de l’activité minière,  s’orientent peu à peu dans le développement de l’agro-business et du tourisme ; deux secteurs prometteurs et porteurs de croissance économique.

Le petit commerce y est également exercé dans les villes et les grandes cités, ainsi que le commerce transfrontalier dans la cité frontalière de Dilolo vers l’Angola.

  • Gestion politico-administrative

Dès son entame en septembre 2015, la Province du Lualaba est dirigée par un Homme: Richard MUYEJ MANGEZE MANS.

Qui est Richard MUYEJ ?

Originaire de la Province qu’il dirige, issu de la grande tribu Ruund, Richard MUYEJ est un homme politique Congolais d’envergure National. Ce sexagénaire devenu député national en 2007, est licencié en Histoire de l’ancien Institut Pédagogique National de Kinshasa, rebaptisé aujourd’hui Université Pédagogique Nationale. Il a exercé tour à tour des fonctions ci-après : Enseignant et Directeur des études aux écoles Gécamines, PDG de l’hôtel Karavia à Lubumbashi, PDG de la société minière Kisenge Manganèse dans le territoire de Dilolo, Directeur représentant de la SODIMICO, membre du conseil d’administration à la Gécamines puis à la l’office Congolais des douanes et accises l’ancien OFIDA devenu aujourd’hui DGDA- Direction Générale des Douanes et Accises-.

En 2010, Richard MUYEJ fait son entrée au gouvernement national, dirigé par le Premier Ministre Adolphe MUZITO. Il est alors Ministre en charge des relations avec le parlement puis en charge des Postes, Télécommunications, Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication.

En 2012, c’est au tour du Premier Ministre Augustin MATATA PONYO de le nommer au poste de Ministre de l’intérieur, sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières. Il va céder ce poste en 2014 à l’issue des concertations politiques nationales initiées par l’ex Président de la République Démocratique du Congo, Joseph KABILA KABANGE, aujourd’hui Sénateur.

En octobre 2015, alors que le gouvernement Congolais, conformément à la constitution du pays, venait de mettre en place la nouvelle province du Lualaba un mois auparavant; Richard MUYEJ y est nommé commissaire spécial. Comme les autres commissaires spéciaux des nouvelles provinces issues du démembrement; sa mission est de doter la nouvelle province d’une administration, des services techniques

et des infrastructures minimales pour pouvoir créer les balises nécessaires favorables à l’arrivée de nouveaux Gouverneurs”.

Mars 2016, il est élu premier Gouverneur de la nouvelle province du Lualaba qu’il dirigera théoriquement jusqu’en 2023 car étant réélu pour un nouveau mandat à la tête de ladite province en avril 2019. Madame Fifi MASUKA l’assiste depuis 2015 comme Vice-Gouverneur.

  • Organisation politico-administrative du Lualaba

À ce jour, la Province du Lualaba est dirigée par un exécutif composé d’un Gouverneur, d’un Vice-Gouverneur et d’un gouvernement qui compte des Ministres et Commissaires généraux provinciaux qui administrent les portefeuilles suivants :

Intérieur et sécurité – Agriculture, pêche et élévage – Finances – Budget et plan – Environnement et tourisme – Éducation, santé et relation avec le Parlement – Transport et énergie – Infrastructures – Mines – Affaires sociales, genre et famille – Économie, industrie, petites et moyennes entreprises – Affaires foncières, urbanisme et habitat – Entrepreneuriat des jeunes et emergence de la classe moyenne – Sport, loisirs, culture et arts.

La Province est également dotée d’un parlement provincial comprenant 22 députés dont 20 élus et 2 coptés.

  • De L’Ambition vers le Sens

Dès sa prise de fonction en 2015 à la tête du Lualaba, Richard MUYEJ MANGEZE MANS, est conscient de la tâche lui confiée et du défi qu’il a à relever ; celui de bâtir une Province à la hauteur de sa grandeur et de ses richesses.

Afin d’y arriver, il faut une vision, une volonté politique et une équipe d’hommes et de femmes à même de l’accompagner en s’appropriant sa vision.

Première étape: évaluation de la situation générale. Le constat ?

Pas d’infrastructures adéquates pour les nouveaux services de la Province: De l’hôtel du gouvernement provincial, aux bureaux des mairies des villes, des communes, des territoires, et autres services provinciaux. Des Infrastructures routières en piteux état, des centres hospitaliers et des écoles, des centres d’affaires, des infrastructures hôtelières à réhabiliter ou à construire, bref ! Tout est à faire.

De sa vision de grandeur est née L’Ambition de faire du Lualaba , la Province pilote du développement de la République Démocratique du Congo.

Dès lors, il réalise l’ampleur de L’Ambition et s’active. Pour ce faire, il applique la trilogie planification-leadership éclairé et bonne gouvernance. C’est ainsi que 5 ans après sa prise de fonction, Richard MUYEJ imprime un modèle exceptionnel de leadership et de gouvernance de la cité. Il lance la réalisation de grands projets avec un suivi rigoureux et le souci d’un travail bien fait et durable.

Sa démarche ?

  • Doter la Province d’un édifice moderne et de haute facture, abritant le Gouvernorat, les ministères et autres services du gouvernement provincial. Cet édifice est couplé d’un pavillon présidentiel [Édifices déjà opérationnels, et les équipes travaillent dans les meilleures conditions] ;
  • Doter le parlement provincial des bâtiments modernes de haut standing [travaux en cours et en passe d’être inaugurés] ;
  • Doter l’université de Kolwezi et quelques institutions d’enseignement supérieur de nouveaux auditoires modernes avec possibilité de suivre les cours à distance [quelques uns de ces auditoires sont déjà opérationnels et le projet se poursuit] ;
  • Doter progressivement les villes, les communes, les territoires, les secteurs ainsi que les chefferies des bureaux modernes dignes de la grandeur de la Province ;
  • Amélioration et élargissement de la voirie urbaine des villes de Kolwezi et de Kasaji ;
  • Acquisition sur fond propre de la Province d’un atelier (engins et logistique) pour les grands travaux de construction et de réhabilitation des routes;
  • Doter la province d’un centre de négoce moderne et d’envergure internationale, des matières premières issues de l’exploitation artisanale, dans la cité de Munsopo dans la périphérie de Kolwezi. Son but : le développement, l’encadrement et la traçabilité de la production minière artisanale en vue de lutter contre la fraude et les minerais des conflits, d’améliorer les conditions de vie des exploitants miniers artisanaux et d’accroître les recettes de la Province pour la diversification de son économie [travaux presque finis, espace en passe d’être inauguré] ;
  • Construction des routes Kokwezi-Solwezi et Kolwezi-Dilolo pour accroître les recettes dues aux échanges commerciaux transfrontaliers respectivement avec la Zambie et l’Angola [travaux en cours] ;
  • Aménagement progressif des espaces touristiques pour l’éclosion et le développement d’une vraie industrie touristique de classe mondiale ;
  • Doter la Province d’un aéroport international à Kolwezi [lancement des travaux sous peu] ;
  • Réhabilitation et construction des écoles et hôpitaux pour le bien-être mental et physique de la population locale ;
  • Initiation de grands projets agro-industriels dont le projet experimental de Kando avec 3000 Hectares de culture de maïs en cours de récolte et autres cultures. Dans le cadre de ce même projet, une minoterie est déjà opérationnelle. L’objectif visé est l’autosuffisance alimentaire locale et dans le reste du pays;
  • Initiation et renforcement de l’élevage à travers les différents territoires de la Province ;
  • Construction de la cimenterie CARRILU à Kolwezi. Objectif : produire du ciment devant contribuer et contenir le besoin local et des provinces environnantes. Ce, prévision du boom immobilier en vue dans la province;
  • Aménagement de nouveaux espaces pour le boom immobilier en vue ;
  • Incitation et accompagnement des privés locaux et étrangers qui développent l’industrie hôtelière dans la province ;
  • Efforts soutenus pour la consolidation de la sécurité des personnes et de leurs biens sur toute l’étendue de la Province et renforcement de la paix sociale ;
  • La liste n’est pas exhaustive.

Tant de réalisations, qui découlent d’une gestion planifiée et bien pensée par l’autorité provinciale.

Les jalons sont donc posés et le climat des affaires s’améliore chaque jour davantage afin que les investisseurs privés nationaux et étrangers s’intègrent dans cet environnement pour accélérer sa croissance économique et son développement. Oui ! C’est possible aujourd’hui.

Richard MUYEJ a réussi à établir un modèle de Leadership et de gouvernance exemplaire. Ce modèle peut s’ériger en standard pouvant inspirer les responsables des autres provinces de la République Démocratique du Congo, mieux les plus hautes sphères du pays afin de redéfinir et d’orienter la gestion de notre grand Congo doté des ressources variées sur l’ensemble de ses provinces.

De l’Ambition vers le Sens, Richard MUYEJ a placé aujourd’hui sa province sur un virage, de sorte que ses successeurs et les générations montantes, s’offrent un repère pour la pérennisation des acquis et l’entame de la croissance et du développement intégral et durable de cette riche province que nous appelons : “La Californie de la RDC”.

Related posts
EconomyPolitic

Political Instability in Some African Countries

2 Mins read
Africa and political instability When we think about Africa, we imagine insurgency, political instability, corrupt politicians, and economic backwardness. There is, however,…
BusinessDiscoveryEconomyPoliticTech

The Global Gaming Industry and the Banning Culture

2 Mins read
The global gaming industry was valued at around USD 162.2 billion just in 2020, and according to reports, this amount is expected…
Interviews

ED OKPA

2 Mins read
Member of the Advisory Committee of the US Exim Bank on Sub-Saharan Africa. A Nigerian-American, first son of late Chief & Mrs….
Want to be notified when we make any update ?
Subscribe to our newsletter

8 Comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *